Bookmark and Share 

Des parcs pour protéger les beautés incomparables du Nunavik


Robert Fréchette – Administration régionale Kativik

Le Nunavik couvre le tiers de la province de Québec et possède 20 de ses 43 régions naturelles reconnues. Chacune de ces régions est dotée d’une géologie, d’une topographie, d’un climat, d’une faune et d’une flore qui lui sont uniques.

Trois magnifiques aires du Nunavik sont actuellement à différentes étapes de création d’un parc. Il s’agit du parc national des Pingualuit, du projet de parc de la Kuururjuaq et du projet de parc des Lacs-Guillaume-Delisle-et à-l’Eau-Claire. Les parcs favoriseront l’essor du tourisme en facilitant l’accès aux attraits naturels les plus spectaculaires de la région. Les activités d’écotourisme reposent sur le respect de l’environnement et la gestion locale et elles peuvent facilement être intégrées à la structure d’un parc.

Parc national des Pingualuit

Le gouvernement du Québec a créé en décembre 2003 le parc national des Pingualuit. L’ouverture officielle de ce parc aux visiteurs a eu lieu en novembre 2007

Comme son nom le suggère, le principal attrait du parc est le cratère Pingualuit. Ce cratère a été creusé dans la péninsule d’Ungava par une météorite il y a environ 1,4 million d’années. Situé à 88 km au sud-ouest du village nordique de Kangiqsujuaq, le cratère possède de hautes parois qui projettent une ombre imposante sur les lacs et la toundra du plateau qui l’encercle. Pour les Inuits, ce lieu se nomme Pingualuit (là où la terre se dresse).

Pingualuit National Park

Le cratère a un diamètre de 3,4 km et une profondeur de 400 m, tandis que le lac qui occupe la gigantesque fosse a une profondeur de 267 m; il est aussi profond que presque toute la baie d’Hudson. La pureté de son eau, qui est tout à fait incolore, inodore et insipide, est reconnue partout au monde. Sa salinité est de moins de trois parties par million; par comparaison, celle des Grands Lacs est de 500 parties par million. Pour ce qui est de sa transparence, elle n’est surpassée que par celle du lac Masyuko au Japon. Comme aucune source n’alimente ce lac, ce sont les précipitations qui s’accumulent dans la fosse sous forme de pluie ou de neige. Par ailleurs, comme le lac ne semble pas avoir non plus d’exutoire, il est estimé que chaque goutte d’eau réside dans le lac pendant 330 ans.

Bien que dans un verre l’eau du lac soit incolore, vue du haut des airs, elle est bleu foncé en été et prend des teintes de cobalt en automne, quand le rivage est saupoudré de neige. En hiver et au printemps, un édredon tout blanc recouvre le lac figé.

Que ce soit en été ou en hiver, Kangiqsujuaq constitue le point de départ par excellence pour toute excursion au cratère.

Parc national Kuururjuaq

kuururjuaq park
Robert Fréchette
Administration régionale Kativik

Situés aux confins septentrionaux de la péninsule Québec-Labrador, les monts Torngat montent la garde et abritent les plus hauts sommets de l’Est canadien. De nombreuses légendes existent au sujet de cette région que les Inuits croient habitée d’esprits vénérés et malveillants. La rivière Koroc, dont la source se trouve dans les monts Torngat, coule au cœur d’une vallée profonde sur une distance de 160 km, avant de se jeter dans la baie d’Ungava. Pendant des milliers d’années, les Inuits se sont servis de cette vallée (appelée Kuururjuaq) pour se déplacer entre les côtes de la baie d’Ungava et la mer du Labrador, ainsi que pour établir des camps saisonniers pour pêcher et chasser. La vallée boisée de la rivière Koroc est une oasis au milieu de la toundra qui abrite une variété unique d’animaux que l’on ne trouve pas habituellement à cette latitude.

Situé le long de la côte est de la baie d’Ungava, non loin du village nordique de Kangiqsualujjuaq, le territoire du projet de parc a une superficie de 4 274 km2. Il comprend un échantillon représentatif de la région naturelle des contreforts des monts Torngat, du plateau de la George et de la côte de la baie d’Ungava.

Que ce soit en été ou en hiver, Kangiqsualujjuaq constitue le point de départ par excellence pour toute excursion dans la vallée de la rivière Koroc.

Pour de plus amples renseignements sur les parcs du Nunavik, visitez le site suivant : www.nunavikparks.ca.