Bookmark and Share 

 Histoire de l’occupation humaine du Nunavik

L’histoire de l’occupation humaine du Nunavik est intimement liée aux populations qui ont occupé l’ensemble du territoire arctique entre la Sibérie orientale à l’ouest et le Groenland à l’est. Il y a environ 4 500 ans, un mouvement migratoire s’est amorcé en provenance de l’Alaska. Des groupes, dénommés aujourd’hui Paléoesquimaux anciens, ont mis près de 500 ans à arriver au Nunavik et se sont installés sur la côte est de la baie d’Hudson et à divers endroits sur la côte de la baie d’Ungava. Pendant près de 1 500 ans, ils ont exploité les côtes du Nunavik. Pour des raisons encore inexpliquées, ce peuple a disparu du territoire québécois il y a environ 2 500 ans.

 Beaucoup plus tard, soit il y a environ 2 000 ans, d’autres groupes sont venus au Nunavik, suivant une arrivée massive de groupes dans les territoires adjacents de l’Arctique de l’est. Ces nouveaux groupes, nommés Dorsétiens par les archéologues, ont occupé à leur tour divers endroits du Nunavik pendant plus de 1 000 ans et y ont exploité essentiellement les ressources marines. C’est vers le milieu de cette occupation que l’art dorsétien prend de l’ampleur. Les Dorsétiens ont disparu du territoire il y a environ 1 000 à 500 ans. La date exacte de leur disparition est actuellement remise en question par les archéologues.

Vers l’an 1000 de notre ère, les Thuléens (ancêtres des Inuit ) sont apparus dans l’ouest du Nord canadien. Très rapidement, des groupes de ce nouveau peuple ont commencé à migrer vers l’est. Ces nouveaux arrivants possédaient un outillage beaucoup plus adapté aux conditions arctiques de l’époque. Au Nunavik, les premiers sites thuléens datent du XIIIe siècle environ et ont été trouvés sur les côtes du détroit d’Hudson et sur la côte occidentale de la baie d’Ungava.

 Au cours de la deuxième moitié du XVIe siècle, les explorateurs européens ont noté dans leurs récits de voyages des rencontres avec des groupes habitant l’île de Baffin et d’autres îles environnantes. Ces rencontres étaient généralement brèves et sporadiques. Au Nunavik, les Thuléens qui habitaient le détroit d’Hudson et la côte est de la baie d’Hudson ont peut-être eu connaissance de cette nouvelle présence dès le début du XVIIe siècle, mais les contacts devaient être très limités. Ailleurs au Nunavik, les contacts étaient inexistants à cette époque. L’établissement de postes de traite, qui a débuté au cours du XVIIIe siècle et s’est intensifié au XIXe siècle, a changé la situation. Par contre, pour certaines régions, les véritables contacts avec les Eurocanadiens ne sont apparus qu’au
XXe siècle. La période des postes de traite a marqué le début de changements drastiques et irréversibles pour les Inuit du Nunavik.